Comment reconnaître un bon notaire ?

Quand on a pour la première fois face à une vente ou achat immobilier ou une affaire de succession, on a toujours du mal à connaître vers quel notaire se tourner. En effet, avec les arnaques qui existent partout dans tous les domaines, avoir des doutes est fort compréhensible. Puisque faire le choix vous revient, voici les critères pour reconnaître un notaire compétent.

Être disponible pour vous écouter

Que ce soit pour une vente ou achat immobilier ou une succession, quand c’est la première fois, on a toujours plusieurs questions à poser. Souvent, un notaire a la possibilité de vous répondre et par la même occasion vous rassurer. Un bon notaire doit être en mesure d’avoir un bon rapport humain avec ses clients. C’est le gage de la réalisation d’une bonne transaction.

Dans ce cas, il doit être disponible pour vous répondre même pour un détail le plus minime. Pas forcément, vous accordez un rendez-vous le plus souvent, mais plutôt répondre au téléphone ou par mail en cas de débordement de son planning. Il doit vous donner une explication claire des moyens et des solutions qui sont adaptés à votre situation. Mais le plus important il doit rester aimable quoi qu’il en soit.

Être efficace

Un bon notaire doit également connaître son travail sur les bouts de doigts et agir en conséquence. Il doit vous convaincre de son efficacité en vous expliquant sa méthode de travail et vous éclairer sur les étapes auxquelles vous devez passer dans votre cas.

Mais son efficacité ne sera pas effective s’il n’est pas également rapide dans l’exécution de son travail. Un délai plus court dans le traitement d’un dossier est un signe d’efficacité incontestable. Mais un bon notaire doit aussi connaître sa limite. Si le cas que vous lui soumettiez dépasse de sa compétence, il doit savoir déléguer, mais pas vous donner de faux espoirs.

Avoir une diplomatie

Un notaire doit avoir la qualité d’un pédagogue. Pourquoi ? Car il doit expliquer plusieurs choses à son client. Mais ce n’est pas tout, il doit également lui annoncer parfois de mauvaises nouvelles. Dans ce cas, il doit avoir plus de tact. Mais dans une affaire où plusieurs personnes sont concernées, il doit jouer de la diplomatie pour ménager la susceptibilité de chacun.

Dans ce cas, il doit savoir oublier les jargons juridiques lorsqu’il est face à son client. Il doit apprendre à expliquer simplement les règles ou les étapes dont vous devez respecter. Mais surtout, il doit respecter la confidentialité de ses clients. En tout, il doit respecter le secret professionnel, il doit garder ce qu’il entend et voit pour lui. Cependant, s’il a un soupçon d’une affaire de blanchiment d’argent, il peut prévenir les organismes responsables.