Licenciement pour abandon de poste : conséquences et procédure

Êtes-vous confronté à un employé qui a disparu sans donner de nouvelles ? Vous vous demandez quelles sont les conséquences d’un abandon de poste et comment réagir en tant qu’employeur ? Dans cet article, nous aborderons les différentes étapes de la procédure de licenciement pour abandon de poste ainsi que les conséquences pour l’employé concerné.

Comprendre l’abandon de poste

Un abandon de poste se caractérise par l’absence injustifiée d’un salarié à son travail pendant une période prolongée et sans autorisation préalable de son employeur. Il s’agit d’une faute grave qui peut entraîner des conséquences importantes sur le contrat de travail et la situation professionnelle du salarié.

Il est important pour l’employeur de bien identifier la situation d’abandon de poste avant d’envisager une procédure disciplinaire. En effet, il peut arriver que le salarié soit absent pour des raisons légitimes (maladie, accident du travail, etc.) ou qu’il existe un litige sous-jacent justifiant cette absence (harcèlement moral ou sexuel, non-respect du contrat de travail, etc.). Dans ces cas-là, il est primordial d’établir un dialogue avec le salarié pour comprendre les raisons de son absence et résoudre le problème à l’amiable si possible.

La mise en place d’une procédure disciplinaire

Si l’employeur constate un abandon de poste avéré, il doit mettre en place une procédure disciplinaire afin de protéger ses intérêts et ceux de l’entreprise. Cette procédure comporte plusieurs étapes :

  1. Mise en demeure : L’employeur doit envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception au salarié absent, lui demandant de justifier son absence et de reprendre son poste dans les plus brefs délais. Cette mise en demeure constitue une première étape pour permettre au salarié de se défendre et d’expliquer les raisons de son absence.
  2. Convocation à un entretien préalable : Si le salarié ne répond pas à la mise en demeure ou si ses explications sont jugées insuffisantes, l’employeur peut convoquer le salarié à un entretien préalable en vue d’un éventuel licenciement. Cette convocation doit être envoyée par courrier recommandé avec accusé de réception et respecter un délai minimum de 5 jours ouvrables entre la réception du courrier et la date de l’entretien.
  3. Tenue de l’entretien préalable : Lors de cet entretien, l’employeur doit expliquer les motifs qui le conduisent à envisager un licenciement pour abandon de poste et donner la possibilité au salarié de se défendre. Le salarié peut se faire assister par une personne de son choix, qui peut être un représentant du personnel ou un conseiller extérieur.
  4. Notification du licenciement : Si l’employeur décide de procéder au licenciement, il doit notifier sa décision au salarié par courrier recommandé avec accusé de réception. Ce courrier doit mentionner les motifs du licenciement et respecter un délai minimum de 2 jours ouvrables après l’entretien préalable.
A découvrir aussi  L'obligation du notaire dans le recouvrement de l'impôt : Analyse de l'article 1734

Les conséquences pour le salarié

Un licenciement pour abandon de poste entraîne des conséquences importantes pour le salarié concerné :

  • Rupture du contrat de travail : Le licenciement met fin au contrat de travail et prive le salarié de ses droits à l’emploi (salaire, congés payés, etc.).
  • Absence d’indemnités de licenciement : Contrairement à un licenciement pour motif personnel non-fautif, le salarié licencié pour abandon de poste ne bénéficie pas d’indemnités légales de licenciement.
  • Difficultés pour retrouver un emploi : Le motif du licenciement figurant sur le certificat de travail remis par l’employeur peut constituer un frein dans la recherche d’un nouvel emploi.
  • Période de carence avant perception des allocations chômage : Le salarié ayant été licencié pour faute grave est soumis à une période de carence de 7 jours avant de pouvoir percevoir les allocations chômage. De plus, cette période de carence peut être prolongée si Pôle Emploi estime que le salarié a volontairement provoqué son licenciement.

En conclusion, le licenciement pour abandon de poste est une procédure complexe et lourde de conséquences pour le salarié concerné. Il est donc essentiel pour l’employeur de respecter scrupuleusement la procédure disciplinaire afin de protéger ses intérêts et ceux de l’entreprise, tout en veillant à ne pas violer les droits du salarié.