La voyance est-elle un métier légal en France ?

La voyance est loin d’être une pratique moderne, elle date d’antan, mais continue à attirer de nombreuses personnes. Cette forme de divination permet à de nombreuses personnes de révéler ce qui est caché. Souhaitez-vous vous installer comme voyant ? Il importe de connaître quelques réglementations pour exercer librement ce métier de voyance.

Mis en exergue des statuts juridiques de la voyance en France

Le métier de voyant est de plus en plus répandu en France, néanmoins il est fortement proscrit d’exercer en tant que voyant non déclaré. En effet, le risque de dénonciation demeure élevé dans ce type d’activité. Pour pratiquer la voyance, il existe plusieurs statuts. Tout d’abord, il y a la micro-entreprise qui est le statut le plus simplifié. Il est aussi le plus adapté au métier de voyant, car vous pouvez payer les cotisations sociales sur la base des recettes qui sont déclarées. Ce qui signifie que vous n’êtes pas contraint aux démarches administratives, encore moins celles juridiques.

Ensuite, on a le statut d’entreprise individuelle en nom propre qui est plus destiné à une activité qui se développe. Il faut savoir qu’elle réserve quelques surprises concernant le paiement des cotisations sociales. Le calcul de celles-ci se fait sur les bénéfices. Vous pourrez aussi constater une forte variation en fonction des années. Un autre statut juridique c’est l’EURL qui est adapté si l’activité est plutôt importante. Dans ce cas précis, c’est au voyant de déterminer le montant de sa rémunération. Celle-ci va, par la suite, servir de base au calcul des cotisations sociales. Votre activité commence à prendre de l’ampleur ? Il est recommandé d’opter pour le régime juridique SASU. C’est un bon alternatif si vous souhaitez éviter la sécurité sociale des indépendants.

A découvrir aussi  La réforme du permis de conduire en France : les nouvelles mesures de la loi du 21 juin 2023

La réglementation de la voyance sur le territoire Français

En France, le métier de voyant est une activité qui gagne un peu plus d’ampleur et qui est potentiellement lucrative. À titre d’information, on a constaté que 20% des femmes ont déjà eu recours à un voyant contre 10% chez les hommes. Ce qui représente plusieurs millions de consultations dans l’année.

Il faut savoir qu’il est assez complexe de dénombrer l’effectif de voyants en activités, car une majorité d’entre eux exercent de manière non déclarée. Par conséquent, même si le marché de la voyance est dynamique, il est marqué par plusieurs arnaques. On y compte parfois plus d’escrocs que d’individus honnêtes et déclarés officiellement. De par le fait que certains clients ont une certaine faiblesse psychologique, la voyance pose un problème d’éthique.

La législation sur la voyance en ligne

En tant que voyant, il vous est possible d’améliorer les obligations qui vous seront imposées. Pour ce faire, il est requis de s’inscrire auprès de l’INAD, il s’agit de l’Institut National des Arts Divinatoires. N’oubliez surtout pas de souscrire une assurance bien avant de commencer la voyance en ligne.

C’est de cette manière que vous éviteront des soucis en cas de litige avec les clients. Il est tout aussi important que vous signiez la charte de la déontologie avant de vous inscrire auprès de l’INAD pour faire preuve de légalité. C’est en quelque sorte la garantie que vous ne procédez pas à des activités occultes.

La liberté d’exercer en tant que voyant

Depuis l’abrogation de l’article R34-7 de l’ancien Code pénal, il est possible d’exercer librement la voyance en France. Toutefois, il n’existe pas de diplôme permettant de s’installer comme voyant. Ce qui veut dire que les voyants ne peuvent exercer la médecine de façon illégale.

A découvrir aussi  Les raisons de faire appel à une assistance juridique pour CSE

Ils doivent informer leurs clients du caractère non médical de leurs pratiques et n’utiliseront pas leurs dons ni pour soigner encore moins pour guérir. Rappelons que le métier de voyance nécessite des qualités particulières dont :

  • L’écoute,
  • La capacité à mettre en confiance,
  • L’expérience,
  • Les notions de psychologie.

Un excellent voyant est censé être perspicace et apte à donner la réponse qui convient aux attentes de ses clients. Aussi, rappelons que pour que le client ait plus confiance, il est requis d’avoir une expérience dans l’industrie.

Voyance sérieuse : entre tradition et modernité

Loin des clichés mystiques, la voyance sérieuse s’inscrit dans un cadre professionnel structuré et rigoureux. Aujourd’hui, les voyants cherchent à s’intégrer dans la société moderne tout en respectant des normes éthiques strictes. L’adhésion à des organisations comme l’INAD permet d’assurer la transparence et le respect de la déontologie. Cette approche implique notamment l’interdiction de toute exploitation des faiblesses psychologiques des clients et la nécessité de souscrire une assurance professionnelle pour gérer les éventuels litiges. L’objectif est de garantir un cadre sécurisé pour les consultations.

Par ailleurs, l’exercice de la voyance requiert des compétences spécifiques, au-delà des perceptions intuitives. Les praticiens doivent faire preuve d’une grande capacité d’écoute, instaurer une relation de confiance et posséder de solides connaissances en psychologie. Même si elle est souvent vue à travers un prisme de scepticisme, cette profession peut offrir un véritable soutien lorsqu’elle est pratiquée avec sérieux et intégrité. Si vous êtes en quête de conseils avisés, tournez-vous vers une plateforme fiable et reconnue. Vous pouvez consulter un voyant sérieux sur le site votrevoyanceserieuse.fr par exemple. Dans tous les cas, le professionnel que vous vous apprêtez à consulter doit s’engager à offrir des consultations de qualité, ancrées dans le respect et la bienveillance.

A découvrir aussi  Le statut juridique des professionnels de la voyance : auto-entrepreneur, salarié ou libéral

La transparence et l’éthique restent les piliers incontournables pour bâtir une réputation solide et fiable dans ce domaine parfois méconnu.