Les obligations de l’employeur prévues par le droit de travail

Étant une branche du droit qui s’occupe et prévoit les règles propres au travail, le droit de travail impose un certain nombre d’obligations à l’employeur. Des obligations qu’il urge d’étudier. Quelles sont les diverses obligations de l’employeur ? L’article ci portera la charge d’informer sur les obligations de l’employeur.

Soumettre l’employé à un travail rémunéré

L’obligation première de l’employeur, c’est d’œuvrer pour que le travail de son employé soit rémunéré. C’est même un principe fondamental au contrat de travail. En effet, un contrat de travail est un contrat rémunéré. On entend par là un contrat qui exige de l’employeur, le versement d’une somme donnée à l’employé. Lorsque le travail n’est pas rémunéré, on parle d’un contrat de bénévolat. Notons que le mode de paiement du salarié n’a pas fait objet d’une précision particulière. Dès lors, un paiement en nature voire en espèce n’est pas proscrit. Toutefois, l’employeur peut, pour plusieurs raisons, mettre fin au paiement du salaire de l’employé. 

Exécuter le contrat avec une bonne foi

Il est fait inscription d’une règle primordiale dans le code relatif au travail. Il s’agit de la règle selon laquelle le contrat de travail doit être exercé de bonne foi. On pense à cette obligation lorsque l’employeur exerce le pouvoir de direction qui lui est reconnu. Cette obligation pèse sur l’employeur dès qu’il exécute le contrat et de façon quotidienne. Ainsi, il existe plusieurs situations dans lesquelles, il est fait cas de l’absence de bonne foi de l’employeur. C’est l’exemple de la situation dans laquelle se trouve un employeur qui met son salarié dans des conditions où travailler lui est impossible.

A découvrir aussi  Le cadre juridique de la formation continue pour les professions libérales : enjeux et obligations

Faire attention à la formation du travailleur

Une personne travaille dans un secteur ou entreprise donnés en raison de ses aptitudes à faire les affaires. Eu égard au fait que ces aptitudes sont essentielles au secteur, il est fait obligation à l’employeur de veiller au maintien des capacités. Pour cela, la meilleure manière d’agir est de faire des propositions de postes allant de pair avec les compétences de chacun. En se privant d’agir ainsi, il commet un préjudice à l’égard du salarié. Un préjudice assorti d’un paiement de dommages et intérêts. Ceci parce que les compétences deviendront obsolètes au fil du temps et ne pourront plus être utiles à celui qui les possède.

Contribuer à la sécurité et au bien-être du travailleur

La contribution de l’employeur à la sécurité au bien-être du salarié constitue l’obligation de la protection de l’intégrité. Afin de bien jouer ce rôle, l’employeur doit accomplir certaines actions. D’abord, il doit prendre des mesures pouvant prévenir tous les risques, qu’importe la nature de ceux-ci. Ensuite, l’employeur doit œuvrer pour la formation d’une part et l’information d’autre part. Enfin, il doit mettre en place des mesures précisant le moyen adéquat au travail. Ces trois mesures sont importantes, les unes que les autres. En vertu de cette obligation, le risque professionnel ou la maladie du salarié entraîne aussitôt la responsabilité de l’employeur.

Intervenir pour l’entretien d’évolution d’ordre professionnel

Cette dernière obligation se rapporte à celle qui exige la contribution à la formation du travailleur. Toutefois, celle-ci a une particularité. Ici, l’employeur doit souvent discuter avec son salarié. Une discussion sur l’évolution des compétences du salarié au regard de la bonne marche du secteur dont la gestion lui a été confiée. C’est un entretien d’évolution qui devra être organisé chaque deux années. Aussi, il y a un entretien qui est organisé chaque six ans. Ce dernier a trait à un récapitulatif sur le parcours professionnel de chaque employé. Ces deux entretiens sont différents de celui annuel qui a pour but d’étudier les aptitudes et de faire cas de nouveaux objectifs.

A découvrir aussi  Le licenciement et le droit du travail