Comment rompre son contrat de travail avec son employeur ?

Après avoir travaillé pendant plusieurs années avec votre employeur, vous avez décidé de rompre votre contrat de travail. Dépassé par la situation, vous ne savez pas quelle procédure mettre en place pour atteindre votre but. Découvrez les procédés dont vous disposez pour rompre votre contrat de travail avec votre employeur.

Choisir de démissionner

Pour rompre votre contrat de travail avec votre employeur, vous pouvez choisir de démissionner. La démission peut être sans préavis ou avec un avertissement au préalable. Tout dépend du contenu des clauses que vous avez signé. Il est très important que vous relisiez le contrat de base avant de prendre la décision de démission. Cela vous évite tout litige qui pourrait en découler après la rupture.

Lorsque vous démissionnez sans préavis, la probabilité est très forte que vous ne soyez pas indemnisé. Car il s’agit d’une décision qui émane de votre volonté. Tant que ce n’est pas votre employeur qui a pris la décision, vous serez responsable de votre démission. Toutefois, dès que vous le prévenez, il aura le temps de s’apprêter afin de vous indemniser selon vos accords.

Il n’est pas recommandé de prendre une démission sans pouvoir la murir au préalable. Prenez votre temps en considérant toutes les conséquences que cela pourrait engendrer sur votre carrière. Aussi, évaluez les avantages que vous en tirerez. L’idéal est de faire une analyse approfondie du pour et du contre pour prendre une meilleure décision de rupture.

A découvrir aussi  Le Harcèlement au Travail et le Droit du Travail

Prendre par la rupture judiciaire

La rupture judiciaire permet au salarié de saisir le tribunal afin de rompre son contrat de travail avec son employeur. Cependant, il faudra veiller à ce que ce dernier ait commis une faute grave qui entraverait les droits du salarié. Il peut s’agir d’un manquement grave à ses devoirs en rapport avec ses obligations contractuelles.

Le juge prend alors en main la situation pour accorder la rupture au salarié. Toutefois, il faut vous rassurer de la pertinence de votre argument. Lorsque le tribunal constatera que vous accusez à tort votre employeur afin de rompre le contrat avec lui, vous risquez d’aller en prison. Soyez sûr de vous-même avant de faire recours à la rupture judiciaire.

Le juge a la possibilité de rejeter la résiliation du salarié si elle est non fondée. Dans ce cas, le salarié continue normalement son travail. Il va devoir chercher un autre moyen pour rompre s’il souhaite véritablement partir. Il est tenu d’être au travail pendant toute la procédure judiciaire.

La prise d’acte de la rupture

La prise d’acte de la rupture consiste à faire des reproches à son employeur. Ce sont des comportements que le salarié n’apprécie pas chez son patron. Il veut donc rompre à cause de ces habitudes qui ne respectent pas le contrat. Il peut s’agir du manquement grave, du non-paiement, des actes de discrimination. Autrement dit, tout ce que l’employeur fait pour empêcher le salarié à travailler avec lui.

Suite à ces observations, le salarié a la possibilité d’envoyer une lettre de prise d’acte à son employeur pour signaler sa démission. Dans la lettre, il doit mentionner tout ce qu’il reproche à l’employeur. La remise de la lettre marque la fin du contrat. Elle est sans préavis et le salarié est libre de partir. Le tribunal prend ensuite le dossier en main pour juger de la pertinence de la prise d’acte.

A découvrir aussi  Les obligations d'assurance en entreprise : ce que vous devez savoir