Le rôle incommensurable d’un avocat dans les procédures de divorce moderne

La simplicité insufflée dans les procédures de divorce font que les jeunes de l’époque moderne ont tendance à se marier assez jeune et dans des conditions irréfléchies. Si bien que dans grand nombre de cas, ces mariages aboutissent à des séparations et des divorces, non dépourvus d’un grand nombre de litiges surtout.

Une procédure simplifiée, mais nécessite plus d’engagements

Avec l’explosion du nombre de divorces, mais également de l’avènement du numérique et de la dématérialisation des procédures judiciaires, le divorce peut désormais se faire de manière simplifiée, sur internet et par courrier interposé. Ce type de divorce apparaît dans le registre des principes de divorce à l’amiable, largement facilité par la dématérialisation.

Mais si le divorce à l’amiable gagne en souplesse, et en simplicité de par l’intégration des procédures dématérialisée, il nécessite néanmoins une plus grande implication des différents acteurs concernés par la procédure.

  • Les deux ex-époux doivent s’accorder sur les principes de leur divorce, et vu qu’ils ne se voient pas, il leur faut plus de compréhension, mais également de flexibilité dans leurs prises de décisions ;
  • Un avocat prend un rôle central dans ce type de procédure, car toutes les transactions de courriers passent par lui, mais également la mise en conformité de ses documents ;

L’avocat, un acteur primordial dans toute procédure dématérialisée

Dans une procédure de divorce à l’amiable, les deux futurs ex-époux doivent s’accorder sur une convention qui régira leur divorce. Cette convention doit être en accord avec les exigences de l’Article 229-3 du Code civil. Mais il est également décrit aux Articles 229-1 et suivant du Code civil, que dans toute procédure de divorce, les deux époux se doivent d’être représentés par un avocat. Il est simple de trouver sur le web un avocat pour divorcer à l’amiable.

Dans une procédure de divorce à l’amiable sur le web, et par conséquent sous forme dématérialisée, les deux époux n’ont pas l’obligation de se rencontrer que lors de la signature de la convention. La majorité de la procédure étant gérée par le ou les avocats les représentant, en charge de la procédure. Ce qui implique que l’avocat est garant de la réussite de la procédure, mais également de sa légalité et de sa légitimité.

Une procédure simplifiée, mais avec plus de risque de litige

Une procédure de divorce à l’amiable repose sur la convention de divorce qui détermine en grande partie toutes les modalités du divorce en passant par la liquidation des biens, et de la garde des enfants. Mais dans une procédure favorisant la dématérialisation, les acteurs prenant part à la procédure peuvent mal interpréter les échanges par courrier et de ce fait faire naître des litiges qui n’auraient pas lieu s’ils étaient physiquement présents. Cette incompréhension est d’autant plus accentuée par le fait que chacune des parties concernées peut se faire sa propre opinion sur la procédure, et ainsi couper court à l’échange. Mais également, la liberté offerte par ce type de procéder fait que parfois un mail non consulté, ou ignorer peut engendrer des conséquences néfastes et donc un litige monumental.